top of page
Rechercher
  • La rédaction

CAPEX et Gestion de Projet

Le point de Bascule à ne pas louper




Doit-on poser le sujet ?

NON. Car ce post ne viendra pas vous rappeler que le CAPEX ou dépenses d'investissement en bon français consiste à s'intéresser aux sommes qu'une entreprise consacre pour développer ses activités les améliorer et rester compétitive.


Je vous passe la classification difficile entre CAPEX de maintenance, CAPEX d'Expansion et CAPEX d'efficacité car il nous faudra plus qu'un post pour tenter de savoir si la gestion de projet s'intègre de façon transverse dans les trois formes de CAPEX ou si on doit la rattacher exclusivement à celle relative à l'expansion bien que ce qu'on recherche tourne souvent autour de la notion d'efficacité.

Et puis je ne vous dirais pas non plus que l'important consiste à comprendre que les dépenses de CAPEX sont parfois lourdes et qu'il est essentiel de les planifier et de les budgétiser de façon rigoureuse pour éviter de déraper.


Pourquoi ?

Parce que ça vous le savez déjà sinon je ne vois pas pourquoi vous lisez ce post.


Alors on parle de quoi ?

Parlons de ce qui fâche, ce qui dérange , ce qui donne mal à la tête : le RETOUR SUR INVESTISSEMENT. Eh Oui !

Ce sacrosaint besoin de considérer que toute dépense investie doit rapporter. ce saint Graal que tout le monde recherche. Certains vous diront, et à juste titre, que c'est dans le cadre du suivi des dépenses que l'on mesure, pour la quantité investie, ce que cela nous rapporte.

FAUX !!! Ce n'est pas dans le suivi qu'on mesure, c'est à priori qu'on mesure (selon un ordre de grandeur pour savoir si on va faire l'investissement ou pas) ça s'appelle prendre un risque calculé.

Pourquoi enfoncer une porte que l'on considère comme déjà ouverte et depuis longtemps ?


Redécouvrir l'Egalité de l'axiome

Parler de Gestion de Projet c'est parler de l'organisation d'un projet dans sa structuration de coûts, de fonctionnement, de ressources, d'activité. Si on parle d'améliorer la gestion de ses projets on parle de façon consubstantielle de CAPEX. Et comment ferions-nous autrement ?

CAPEX = Amélioration de Projet ( on vise cet absolu comme moyen et comme résultat tout en même temps)

Comme moyen car on va investir, comme résultat car on vise l'amélioration.

Alors ?


Améliorer son projet c'est donc dépenser

Que toute personne qui souhaite améliorer son projet n'envisage pas une seule seconde qu'elle se lance dans une démarche gratuite !!!

Et même ce que l'on peut considérer comme un "simple conseil" à une valeur en soi (celle d'un expert qui prend le temps de la délivrer)

Aujourd'hui le prisme du digital oblige les entreprises à penser leur projet de façon différente. S'il y a encore quelque années, certaines disaient ne pas être impactée, aujourd'hui ce serait mentir de dire qu'au 21ème siècle, le digital n'est pas entrée dans son métier ! Il faut donc s'équiper.


Se protéger des Tentations

Le marché l'a bien compris, les offres de solutions innovantes dans le domaine du digital font légion dans le domaine. Entre l'outil single , la plateforme collaborative, la machine apprenante, le virtuel, l'augmenté, le mixte reality, l'immersif... il est essentiel de naviguer selon un cap pour avancer sans sombrer.

Refuser maintenant c'est reculer mais pour sauter plus haut car la marche à gravir sera plus grande. Tout changer à chaque saut technologique (changer d'outil comme d'avis ou comme de chemise) conduit également à l'échec :on commence, on s'enlise, on switch d'un concept à un autre et l'utilisateur jette l'éponge pour revenir au paperboard et à ses feutres lors des réunions de travail avec les opérationnels.


Les 4 règles du bon Responsable CAPEX

DEPENSER MALIN

En matière de Digital, d'innovation et de technologie de rupture, ne visez pas la politique des petits pas ! Beaucoup on tendance à vouloir de la demi-mesure et se retrouvent avec des imprévus qui empêchent la capitalisation des acquis (on doit changer de technologies pour ajouter des nouvelles fonctionnalités)

Ayez de l'ambition: je veux atteindre le zéro papier. Je veux passer en 3D sur 100% de mes projets. Je veux du transverse (depuis les études jusqu'à l'exécution du chantier avec la technologie 4D), je veux automatiser la création de mes modèles 3D etc...

C'est votre feuille de route. On pose la fin, les moyens sont des étapes mais chaque étapes ne fera pas perdre de vue la finalité en soi. Ce prisme assure que les technologies dans lesquelles on investit à chaque étapes soient toujours de nature à être en ligne avec la finalité ultime.

SE FAIRE AIDER NE SIGNIFIE PAS SE FAIRE ARNAQUER

Les technologies de rupture son souvent complexes et font changer les organisations de paradigme. On doit penser autrement, agir différemment changer ces habitudes, rompre avec le quotidien.

Vous êtes septique ? Les experts sont là pour vous renseigner. Aussi, pour distinguer le rêve marketing de la réalité technique, garder le cap!

Repérer ce qui est énergivore dans votre activité et questionnez : peut-on automatiser ? Quelle fiabilité des données ? Combien de temps ça prend pour manipuler ? De quelle type de connaissance je dois disposer pour pouvoir utiliser cette technologie ?

Sondez ce qui est imprécis et rechercher une amélioration en questionnant : a-t-on accès à telle information, quand, à quelle période de temps etc...

Analyser le temps que vous passez à communiquer et demandez: peut-on informer en multiplex ?

Poursuivez dans votre démarche: peut-on identifier tel ou tel risque ? A-t-on une visibilité pour allouer les ressources et gérer leurs charges ? Dispose-t-on d'une visibilité sur les coûts à dates ? Au mois le mois ? sur le mois glissant ?

N'ayez pas peur de questionner. Si l'expert ne sait pas inquiétez-vous ! S'il dit oui à tout demander à voir, s'il vous dit que pour l'instant on peut faire certaines choses mais pas tout, n'abandonnez pas pour autant. Ce n'est pas TOUT que vous visez ou alors nous vous laissons à vos rêves.

Soyez maître et ne subissez pas. Ce n'est pas l'explication de la technologie qui vous importe, ce sont les résultats obtenus. Comportez-vous comme l'expert utilisateur que vous êtes et que vous serez une fois la technologie adoptée (ou pas).

JUGER DANS LES CONDITIONS REELLES

Le mouvement de balancier nous ramène à la mise en place de POC (proof of concept). Longtemps utilisés puis abandonnés, on semble les remettre au goût du jour. Soyez Malin, faites du POC en version 4.0: Je prends un projet, et je réalise les phases que je veux "tester" pour mesurer les améliorations et me faire une idée (dans les conditions du réel). Fini les POC génériques où l'on teste des fonctionnalités avec un jeu de données ! ça ne suffit pas ! Il est important qu'on mesure le travail réalisé

Arrêtez de vouloir tout maitriser de A à Z !! C'est impossible ! Vous ne pouvez pas utiliser cette technologie comme sait le faire l'expert !! Alors ? Faites lui faire le travail selon vos directives. Il lui appartient de réaliser selon ce que vous demandez. Vous verrez les limites et les avancées. Vous serez en mesure de libérer du temps pour l'analyse et vous mesurerez vous même la vitesse (et son augmentation) dans les prises de décisions sans subir la courbe d'apprentissage et le risque de mettre en péril le "test" que vous vous lez faire dans les conditions du réel.

TOUT A UN PRIX

Vous voulez un POC à valeur d'exemple, payez le comme il se doit. Toute chose à un prix. Rien n'est gratuit. Si on vous le propose gratuitement, vous devez comprendre que l'intérêt se trouve ailleurs. Il n'est pas "naturel" qu'un prestataire ne réclame pas la somme qui lui est du pour réaliser le travail que vous lui demandez. Il en va de la qualité de la prestation qu'il va faire pour vous, c'est l'essence même du CAPEX. Vous investissez pour avoir une mesure la plus juste possible et prendre la décision qui s'impose.

Payez peu, il fera mal, vous refuserez la technologie, vous reviendrez dans 2 ans. Combien de temps/argent perdu pour avoir voulu économiser 2 sous et 3 centimes. Car pendant 2 ans vous avez continuer à avoir des problèmes, vous le saviez déjà et vous n'avez pour autant rien fait.


Bien appliquer la règle des 80/20

Certain vous diront que l'expression "show me more" doit être bannie de vos réflexions. Ce n'est pas en demandant à voir toujours plus qu'on peut se rassurer. Il faut définir des objectifs et quantifier si les résultats sont atteints. Si 80% des problèmes sont résolus ne vous concentrez pas sur les 20% restants en prétextant que c'est ce qui vous empêche de prendre une décision d'investissement !

Où alors reconnaissez que vous n'aviez pas l'intention de faire une dépense d'investissement. Vous souhaitiez seulement vous renseigner.

Ok pourquoi pas mais alors pourquoi avoir perdu du temps à approfondir ?

Pour autant , attention ! Ne tombez pas dans ce piège simplissime !! Ce qui compte, ce ne sont pas les 80/20 en valeur absolue !! Ce qui est important c'est la pondération qu'on doit accorder à ses 20%

Reprenons la règle dans le bon sens voulez-vous ?

Si vous identifiez les 20% qui causent 80% de vos problèmes alors vous n'avez à vous concentrez que sur ces 20%.

Autrement dit, identifiez bien les causes.

Dans le domaine de la gestion de vos projets, si la cause du dépassement de votre budget, la mauvaise appréciation de vos risques finalement c'est l'absence de fiabilité de votre planification, alors ...améliorez-la.

Travaillez plus finement sur ce qui déstabilise cette fiabilité ( de quoi manque-t-on ?) comment peut-on l'acquérir, par quel moyen.

Mais de grâce ne dites pas COMBIEN ça va couter ? Si vous posez cette question au stade de la lecture de ce post (revenez à la case départ et lisez l'introduction : nous parlons de CAPEX (de dépenses d'investissements)

Demandez moi quel est le ratio qui exprime le rapport entre "combien ça coute" et "combien ça me rapporte": là, je vous écoute.

Conclusion

Chez PRIMAFRANCE, notre profession de foi est simple: nous aidons nos clients à améliorer leur projet


Autrement dit :

  1. Améliorez c'est avoir une démarche de CAPEX

  2. Améliorez c'est accepter de dépenser mais

    1. Dépensez malin

    2. se faire aider

    3. payer le juste prix

  3. appliquer dans le bon sens la règles des 80/20


NOS CLIENTS LE SAVENT ET C'EST POUR CELA QU' ILS NOUS FONT CONFIANCE


17 vues0 commentaire
bottom of page